COULÉE DE BOUE RAVAGEUSE A SHENZHEN (CHINE)

20 décembre 2015 – Gigantesque glissement de terrain à Shenzhen (Chine)

En ce dimanche 20 décembre, les autorités chinoises font face à une véritable scène apocalyptique dans la région sud-est de la Chine, plus précisément dans la ville de Shenzhen, en bordure de Hong Kong.

Aux environs de midi, une immense vague de boue s’abat sur l’un des districts de la ville de Shenzhen et emporte dans son sillage de nombreux d’habitants ainsi que plus d’une trentaine de bâtiments. D’après les médias chinois, cette vague haute de plusieurs dizaines de mètres fut provoquée par l’éboulement d’une colline de boue artificielle située dans une zone industrielle.

900 Shenzhenais ont réussi à fuir leurs habitations tandis qu’environ 90 autres se sont faits engloutir par cet amas de saleté. Pour le moment, seul quatre personnes ont réussi à sortir des décombres dont trois légèrement blessées. Pour faire face à cet état de crise, 1500 secouristes ont été déployés sur les lieux afin de libérer au plus vite les personnes prisonnières de cette inondation vaseuse.

De nombreux signaux d’alertes prédisant l’évènement auraient pourtant dû faire réagir les autorités sur les mesures à prendre pour éviter cette catastrophe. Rien n’a été fait. Cet évènement catastrophique est le résultat de la politique de construction massive et rapide d’infrastructures entamée par le gouvernement chinois. Rattrapées par leur ambition expansion rapide au détriment de l’écologie et des conditions sanitaires, les autorités locales ont contribué au cumul des déchets des infrastructures sur la zone industrielle formant ainsi des monticules de terre insalubre. La coulée de boue sur le Shenzhen provient d’une carrière, lieu d’extraction de roches idéales à la construction, qui avait emmagasinée pendant près de deux ans ses propres déchets.

Des journaux locaux tels que The Weibo page ont dénoncé l’accumulation des amas de déchets comme illégale mais étant soumis à la censure, ces articles ne restèrent pas longtemps sur le net.

La catastrophe était donc inévitable et engendre pour le gouvernement chinois des dépenses inutiles et beaucoup plus importantes.

S.C.


Le monde

The New York Times

The New York Times

Leave a comment

Your email address will not be published.


*